Accueil > Actualités du livre > Théâtre > OEDIPE ... ANTIGONE > A propos d’un chapitre d’Antigone de Bauchau

A propos d’un chapitre d’Antigone de Bauchau

mercredi 11 décembre 2002

A propos d’un chapitre d’Antigone de Bauchau

Le roman Antigone de Bauchau est publié aux éditions Actes Sud et en poche chez J’ai Lu.

Le destin d’Antigone raconté par Henry Bauchau est une oeuvre remarquable à plusieurs niveaux. Ce que je trouve intéressant, c’est la réécriture romanesque, à la première personne, du mythe d’Antigone.

Dans le chapitre VII intitulé Les sculptures Antigone sculpte ! C’est une très belle idée.
Elle doit réaliser sur du bois deux portraits de sa mère sur une commande d’Etéocle. L’un est pour Polynice, l’autre pour Etéocle. Pourquoi deux portraits ? Etéocle lui confie :

« Ce que j’attends de toi c’est la Jocaste de Polynice et la mienne. Qui n’était pas et ne seront jamais les mêmes. C’est la ressemblance et l’inépuisable différence entre ces deux Jocaste qui ont conditionné nos vies. Ce sont elles que tu dois faire voir dans ton oeuvre pour que nous accomplissions résolument le destin. »

Le personnage de Jocaste a, dans la version de Bauchau, une épaisseur qui dépasse les versions dramatiques du mythe. Le romancier fait de la mère la source de la querelle entre les deux frères, sans pour autant verser dans le psychologique. Etéocle parle de « l’insupportable différence que Jocaste a fait régner » entre ses deux fils. Les sculptures d’Antigone seront là pour représenter ces différences tragiques. Pour les expliquer à Polynice qui, semble-t-il, ne les a pas comprises.

Cette activité artistique ramène Antigone à son destin. Elle dit :

« Dans ce bois brut et qui me fait horreur, Jocaste et Polynice pleins de vie et de passions, se trouvent déjà. Ce que je dois faire exister par mon travail, ce n’est pas eux, ils n’existent que trop, c’est moi. C’est Antigone, le sculpteur, qui, chaque jour, à travers son chagrin et ses peurs, n’aura pas d’autres rôles que d’enlever patiemment ce qui les cache encore au regard. »

Bien d’autres éléments dans cette oeuvre rattachent le motif de la sculpture aux invariants du mythe