Accueil > Collège & lycée > Langues étrangères > Français langue étrangère > Maîtrise de la langue : observer... écrire > Adjectif qualificatif

Adjectif qualificatif

2002

Extrait de MADEMOISELLE FIFI de Maupassant

La pluie tombait à flots, une pluie normande qu’on aurait dit jetée par une main furieuse, une pluie en biais, épaisse comme un rideau, formant une sorte de mur à raies obliques, une pluie cinglante, éclaboussante, noyant tout, une vraie pluie des environs de Rouen, ce pot de chambre de la France.
L’officier regarda longtemps les pelouses inondées,et, là-bas, l’Andelle gonflée qui débordait ; et il tambourinait contre la vitre une valse du Rhin, quand un bruit le fit se retourner : c’était son second, le baron de Kelweingstein, ayant le grade équivalent à celui de capitaine.

Observer

1- Quels mots servent à qualifier "la pluie" dans ce texte ?

2- la place de ces mots : certains sont placés avant le nom, d’autres après. Selon le niveau du groupe, le professeur analysera la place de l’adjectif qualificatif- il montrera par exemple la différence de sens entre un homme grand et un grand homme- dans le texte de Maupassant la place de l’adjectif a plutôt une valeur descriptive : ils plantent le décor.

3- L’étude de l’adjectif permettra de rappeler la notion de genre qui est propre au substantif en français. On demandera aux élèves de relever les modifications entraînées par le genre et le nombre, d’abord à l’oral pour bien insister sur la prononciation, puis à l’écrit pour fixer les accords et l’orthographe des mots.

Ecrire

Dans les groupes nominaux suivants, les adjectifs qualificatifs servent à qualifier la pluie. Observe leur fonctionnement grammatical (accord en genre et en nombre). Trouve ensuite des noms communs qui pourraient être employés avec ces adjectifs et écris-les.

Exemple : une pluie normande, un paysan normand

  • une pluie normande
  • une pluie en biais, épaisse
  • une pluie cinglante, éclaboussante, noyant tout, une vraie pluie

    Aide à la traduction

    Version anglaise

    The rain was descending in torrents, a regular Normandy rain, which looked as if it were being poured out by some furious hand, a slanting rain, which was as thick as a curtain, and which formed a kind of wall with oblique stripes, and which deluged everything, a regular rain, such as one frequently experiences in the neighborhood of Rouen, which is the watering-pot of France.
    For a long time the officer looked at the sodden turf, and at the swollen Andelle beyond it, which was overflowing its banks, and he was drumming a waltz from the Rhine on the window-panes, with his fingers, when a noise made him turn round ; it was his second in command, Captain Baron von Kelweinstein.

    Version espagnole

    La lluvia caía en oleadas, una lluvia normanda que se diría que era lanzada por una mano furiosa, una lluvia al sesgo, espesa como una cortina, formando una suerte de muro de rayas oblicuas, una lluvia punzante, mojadora, ahogándolo todo, una verdadera lluvia de los alrededores de Rouen, esa bacinica de Francia.
    El oficial miró largo tiempo el césped inundado, y, al fondo, el Andelle crecido que desbordaba ; y tamborileaba contra el vidrio un vals del Rhin, cuando un ruido le hizo volverse ; era su segundo, el barón de Kelweingstein, que tenía el grado equivalente de capitán