Accueil > Petits Lecteurs > Lire au cycle 3 > Cannelle et le lutin d’Anne Duvert et Béatrice Giffo

Roman

Cannelle et le lutin d’Anne Duvert et Béatrice Giffo

2007

Publié aux Editions Buissonnières en 2007.

Cliquez sur l’oiseau pour découvrir le site.

Synopsis :

Les grandes légendes sont de retour : lutins, fées, elfes, les voici revenus dans notre monde, et c’est bien sûr en Bretagne que cela se passe !
Cannelle est une petite fille de onze ans. Comme ses parents sont très occupés par leur travail, elle reste souvent seule. Mais elle aime bien cela, la solitude. Car Cannelle aime lire et rêver. Elle aime aussi se promener, et c’est au cours d’une balade sur la plage de Kerloc’h qu’elle rencontre Pil le lutin. Celui-ci est d’abord méfiant car son peuple est en conflit depuis des années avec les humains. C’est pour cela que les lutins se cachent dans un mystérieux village que Cannelle brûle de découvrir.
Un jour, en se promenant à marée basse, Cannelle aperçoit la silhouette du lutin qui, sans trop savoir pourquoi, se dérobe à sa vue. Déçue, la petite fille s’en va, mais elle fait une chute et tombe évanouie. La marée va monter. Pil s’inquiète. Il retourne alors à son village pour chercher de l’aide.
Cannelle ne sait pas encore qu’elle jouera un grand rôle dans la vie des lutins…

Pistes pédagogiques :

  • Les personnages de l’histoire

    Dans un premier temps, on fera classer les personnages selon les catégories « personnages principaux » et « personnages secondaires ». Il ne faudra pas s’arrêter au simple classement. On demandera aux élèves d’argumenter. Qu’est-ce qui nous permet de reconnaître que Cannelle et Pil font partie des personnages principaux ? En quoi le frère de Cannelle et ses amis sont-ils des personnages secondaires ? Ces questions permettent d’aborder la structure du roman, non pas du genre romanesque en général, mais de ce roman en particulier, pour habituer les élèves à une certaine rigueur et ne pas les inciter à plaquer des idées toutes faites sur les œuvres littéraires. Ainsi, on fera remarquer que Cannelle et le lutin donnent leurs noms au roman (personnages éponymes) et que le lecteur les découvre dès les premières pages. Le roman progresse au rythme de leurs aventures, de leurs souhaits et de leurs actions.
    Les titres de chapitres permettent ainsi de suivre leurs aventures, de comprendre la structure du texte et guide les jeunes lecteurs vers les éléments importants :
    - La rencontre
    - La chute
    - Le sauvetage
    - Le village
    - Les secrets des lutins
    - Une drôle de potion
    - La saint-Jean

    Pour étudier les personnages, on demandera aux élèves de repérer dans le roman les informations qui sont données à leur sujet. Les illustrations feront partie des éléments à prendre en compte. C’est une activité qui permet de développer des compétences de lecteur car l’enfant doit sélectionner des informations et s’interroger sur la pertinence de ses choix.

    Il y a ainsi les informations qui sont clairement données par l’écrivain, et que l’on trouvera dans les dialogues ou le récit, comme par exemple :

    - « Je m’appelle Cannelle, répondit la petite fille. »

    La première fois que le prénom de l’héroïne est cité dans le roman, c’est parce qu’elle est dans une situation où elle doit se présenter : elle vient de rencontrer Pil le Lutin. D’autres informations à son sujet viendront au fil du récit : « Cannelle passa sa main dans sa chevelure rousse, essayant de discipliner quelques mèches, rebelles au peigne, et si capricieuses au vent… Sans succès. »

    Il y a aussi les informations que le lecteur déduira de sa lecture, notamment sur la personnalité de Cannelle :

    « Tu es une curieuse petite fille. Une curieuse petite fille en vérité… » (p. 11).

    « Est-ce que je te reverrai, alors ? demanda Cannelle pleine d’espoir. » (p. 11). Le lecteur comprend au fil de sa lecture que notre héroïne n’est pas une petite fille comme les autres. De nombreux indices le mettent sur la voix, et l’Ancien des lutins comme la suite de l’histoire viendront le confirmer.

  • Production d’écrit

    1/ Inventer des formules magiques sur le modèle de « Brume écume et vent c’est à Kerloc’h que je me rends ». On choisira d’abord des lieux, puis des éléments qui les caractérisent. Exemples trouvés par Baptiste (11 ans) et Mathilde (8 ans) : « Neige soleil et sapin c’est dans les Alpes que je me rends » ; « Bâtiments, pollution et bouchon c’est à Paris que je me rends ! » ; « Casinos spectacles et lumières c’est à Las vegas que je me rends » ; « Lagon soleil et cocotiers c’est à Tahiti que je me rends ».

    2/ On partira d’une citation du texte : « Vraiment c’était plaisant de se transformer à volonté ! » (p. 49). Imagine que tu peux aussi rétrécir ou grandir à volonté. Que ferais-tu ? Où irais-tu ?

  • Débat philosophique

    Au cycle 3, on peut initier les élèves au débat philosophique, par exemple ici à partir d’une citation de Cannelle et le lutin : « être un être humain digne de ce nom ce n’est pas facile » (p. 48).

  • Mise en voix du texte
    Faire jouer la scène dans laquelle Cannelle raconte aux enfants sa rencontre avec les lutins et l’arrivée de ceux-ci (dernier chapitre).
  • Lecture en réseau

    - Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : chercher les éléments qui relèvent de l’intertextualité (construction d’une culture littéraire) : la chute, la porte, la fillette qui rétrécit grâce à une poudre magique, le thème du rêve, …
    - Anne Duvert et Béatrice Giffo, Le trésor de Cannelle