Accueil > Collège & lycée > Le Français en Seconde > Théatre : Le Jeu de la Feuillée > Ce qu’ils en pensent

Ce qu’ils en pensent

2003

Les impressions des élèves après avoir vu la pièce :

LES DECORS

Les premieres scènes ont lieu sur la place publique de la ville d’Arras. On y trouve deux lampadaires aux extrémités de l’espace théatral. Sur le sol il y a des gros coussins, une chaise haute en haut de laquelle se perche Adam. Au fond se trouve une toile sur laquelle sont projetées des ombres.

La suite des événements se déroule autour d’une table où sont mis trois couverts pour les trois fées. Les assiettes et les ustencils sont en fait les ombres projetés sur une toile d’objet plus petit posés sur un rétroprojecteur et déplacé par une main violette manipulée par Adam.

La fin de la pièce se déroule dans une taverne, il y a des sièges en forme de gros dès qui font référance au jeu du 421, il y a aussi un comptoire et un néon avec écrit dessus, "au bon coup". C’est dans ce lieu que s’achève la pièce. (je crois ?)

MON AVIS

Je n’ai pas tout aimé dans cette pièce de théâtre. J’ai trouvé que la confusion des thèmes empêchait toute compréhension, de plus le comportement des acteurs sur la scène, qui criaient et gesticulaient dans tous les sens, me faisait penser à une ménagerie.

Cependant, il est vrai que certain moment de la pièce sont drôle, et la mise en scène est agréable à regarder, avec la lumiere et les aériennes.

On passe quand même un bon moment mais l’histoire de la pièce ne m’a pas emballée ! (Julie)


Il y a un jeu d’ombre tout au long de la pièce, les lampadaires éclairent la scène, avec au bas des gros coussins qui se transforment en sac d’argent ou autres accessoires.
A gauche, il y avait une grande chaise sur laquelle Wallet et Adam s’asseyaient. Au debut de la pièce, Hane le Mercier faisait des figures derrière le grand rideau blanc.
les décors se juxtaposent et s’enlèvent pour se transformer en d’autres accessoires. Au moment où les fées arrivent, il y a une toile où Adam met la table pour l’arrivée des fées. Une structure métallique descent d’en haut alors que le rideau blanc monte. Il y a donc un changement de décors avec l’arrivée des fées.
A la fin, tous les personnages se retrouvent dans l’auberge.

J’ai bien aimé le début quand Adam parlait de sa femme et quand Hane le mercier a fait des figures derrière le rideau. (Mélanie)


J’ai aimé les jeux d’ombre et de rideau, les cordes et les structures métalliques en mouvement, le décor très original représente l’élément le plus intéressant de la pièce.
il donne un coté créatif et magique à celle ci.

J’ai beaucoup aimé la femme qui faisait des acrobaties aériennes avec une corde, ou encore, lorsqu’ avec des jeux d’ombres derrière un voile, elle représentait avec son corps la description de la femme d’Adam.

Les personnages sont très actifs et dynamiques, les costumes sont simples mais réussis.

Cependant, les discours sont souvent incompréhensibles avant une bonne étude du texte.
Ils sont trop confus et à certains moments, trop bruyants.

Tous ces éléments rendent parfois difficile la compréhension de cette pièce.


Je n’ai pas été particulièrement déçu par cette pièce. En effet je m’attendais à une catastrophe et elle à eu lieu sous mes yeux ébahis. Les acteurs hurlent des paroles innaudibles, ils gesticulent dans tous les sens, parfois ils se mettent à chanter ou pire encore ils jouent de la musique, c’est à ces moments là que l’on regrette de ne pas être sourd. Dans le rôle d’Adam le personnage principal, un acteur dyslexique qui s’en sort à peine lors de la description farfelue de sa femme, sauvé de justesse par une adaptation très correcte de l’ancien français. Seul point positif ; Le texte est amusant, parfois agréable malgré quelques écarts de langage et l’utilisation du vocabulaire d’aujourd’hui ainsi qu’une allusion à la politique qui m’a échappé.

Je tiens à remercier Madame Perez pour les explications données en cours, lesquelles nous ont permis de comprendre la mise en scène trop originale. Les costumes vaguement moyenâgeux sont mélangés à des éléments contemporains tel que le caddie de supermarché qui fait office de charrette. Comme la pièce les décors sont "hors du temps" et l’éclairage s’adapte bien à l’ambiance de chaque scène.

Le livre d’or est parsemé de critiques qui ne sont pas aussi tolérantes que la mienne. Durant la pièce, j’observe mes voisins, certains dorment, d’autres paraissent consternés, ceux qui découvrent le théâtre sont choqués. Ma voisine excédée par tout ce cirque me demande amusée quand vont arriver les otaries et les jongleurs. Dans la salle les gens s’ennuient, certains sortent du théâtre, d’autres sortent de leurs gonds, un élève en a malencontreusement fait les frais !...

Adrien