Accueil > Petits Lecteurs > My first english books > Dinner’s ready ! à table ! de Mellow et Amélie Graux

Dinner’s ready ! à table ! de Mellow et Amélie Graux

dimanche 11 mai 2008

Publié aux éditions Talents hauts en 2008.

Oops et Ohlala vous invitent à passer à table mais chacun dans sa langue… Le premier est anglophone, le second francophone. Chaque personnage dialogue dans sa langue et les deux se comprennent très bien. L’enfant qui lit cette histoire (ou à qui on la lit) comprend lui aussi ce dont il s’agit. En effet, il peut prélever des informations non seulement dans la logique du dialogue mais encore dans les indices fournis par les illustrations.

L’histoire est amusante et attrayante et elle permet d’apprendre l’anglais tout en s’amusant. Oops et Ohlala se mettent à table, font des commentaires sur ce qu’ils font ou sur ce que l’autre fait, ils nomment les ustensiles dont ils ont besoin et ce qu’ils sont en train de manger. Le tout en s’amusant et en se faisant des blagues !

Cet album s’adresse aux tout petits issus de milieux bilingues mais il peut aussi être mis entre les mains de tous les élèves qui entrent dans l’apprentissage de l’anglais. Il peut être lu en famille ou dans les écoles car il est prouvé qu’un apprentissage précoce d’une langue étrangère rend les élèves bien plus performants en ce domaine.

Pour aider les parents, la version audio du texte, interprété par des comédiens français et anglais, est téléchargeable gratuitement sur le site des éditions TALENTS HAUTS.

Dinner’s ready ! à table ! de Mellow et Amélie Graux permet de travailler le vocabulaire de base sans y penser et en suivant une thématique déterminée : celle du repas.

Une séquence pour la classe :

Même si certaines séances seront centrées sur une partie de l’album, une lecture intégrale de celui-ci devra toujours suivre, surtout si les séances sont espacées d’un ou plusieurs jours. Ce sont en effet ces lectures régulières qui permettront à l’enfant de progresser, de fixer les mots nouveaux et les nouvelles structures grammaticales. D’où l’avantage pour les parents d’avoir ce livre à la maison, et dans les écoles de le mettre en évidence dans la bibliothèque de la classe.

Première lecture :

Dans un premier temps, l’histoire sera lue par l’enseignant ou les parents sans chercher à traduire les paroles de Oups le petit anglophone. Après cette lecture on vérifiera la compréhension globale de l’histoire : l’enfant la reformulera avec ses propres mots à partir des questions suivantes :

- à quel moment de la journée cette histoire se déroule t-elle ?

- comment le sais-tu ?

- de quoi est composé le repas d’Oops et de Ohlala ?

- quel est le dessert préféré de Oops ?

- Ohala a-t-il fini son assiette ? que lui reste-t-il ?

Deuxième lecture :

Dans cette deuxième séance, on arrêtera la lecture à la moitié de l’histoire. On interrogera alors les enfants sur les objets rencontrés et on leur demandera de les nommer en français d’abord puis, s’ils s’en souviennent, en anglais.

Afin d’entraîner nos apprentis anglicistes à avoir un bon accent, on pourra leur faire répéter les paroles de Oops tandis que l’adulte joue le rôle de Ohlala. Aidez-vous de la version audio proposée sur le site de l’éditeur si besoin est.

Il vaut mieux, pour chacune des séances, choisir à l’avance le vocabulaire que les enfants doivent mémoriser. Ainsi, pour cette deuxième lecture, on peut demander aux élèves de savoir dire en anglais « j’ai faim » (I’m Hungry), « fourchette » (forks), « couteaux » (knives), « purée » (mashed potatoes) et « saucisse » (sausage). L’enfant retiendra mieux s’il peut manipuler les fourchettes et les couteaux dans une petite séance de jeux de rôle ou encore mieux au moment du repas ! À vous de préparer le même repas que Oops et Ohlala pour rejouer l’histoire de l’album.

Des fiches de vocabulaire pourront aussi être réalisées et prendront la forme d’affichages à accrocher dans le coin cuisine de la classe.
Les parents qui souhaitent travailler sur ce livre avec leurs enfants se contenteront d’affiches plus petites qu’ils pourront sortir au moment des repas ou même afficher, provisoirement, dans la cuisine. Ces affiches seront composées d’un dessin (par exemple une fourchette) et de son nom en anglais. Les têtes des personnages de l’album pourront aussi être représentées.

Troisième lecture :

Dans une troisième séance, on pourrait mettre l’accent sur les jeux que nos petits personnages font au moment du repas. L’un dessine des rails dans sa purée pendant que l’autre y fait un volcan. Les jeux de Oops et Ohlala permettent de voir des phrases de structures plus complexes. En les répétant et en jouant la scène l’enfant pourra alors progressivement mémoriser des formes verbales de plus en plus complexes (comme celle du présent progressif), des prépositions, des adjectifs possessifs etc.

Quatrième lecture :

Cette quatrième séance correspond à la fin de l’album c’est-à-dire à la fin du repas. Oops et Ohlala rangent tout mais sans oublier de s’amuser et même de faire des bêtises ! La fin de l’histoire permet encore d’apprendre de nouveaux mots de vocabulaire dans une situation qui a du sens. Ainsi, le mot petit pois (« peas ») est introduit parce que Ohlala les a oubliés dans son assiette. Son ami anglophone les désigne en lui disant : « Look, you forgot to eat the peas. ». C’est précisément ces dialogues bien ancrés dans une situation de communication ayant du sens qui permet à l’enfant d’apprendre l’anglais tout en s’amusant et en découvrant une histoire dans une langue étrangère.

Les éditions talents hauts proposent un concept original et inédit particulièrement efficace dans la mesure où le livre invite l’élève à créer du sens. Nous sommes ainsi bien loin des listes de vocabulaire à apprendre par cœur, des imagiers fastidieux ou des traductions qui ne permettent de mémoriser ni le vocabulaire ni les structures de phrase. C’est en construisant du sens que les enfants apprennent.

Présentation de l’éditeur :

C’est l’heure de passer à table. Oops et Ohlala mangent comme des grands. Mais le plat de mousse au chocolat est décidément trop lourd. Oops... Oh la la !

It’s lunchtime. Oops and Ohlala can feed themselves like big kids. But the bowl of chocolate mousse is too heavy indeed. Oops ! Oh la la !