Accueil > Petits Lecteurs > Lire au cycle 3 > Esther a les pieds sur terre de Fred L.

Esther a les pieds sur terre de Fred L.

mai 2013

Publié aux éditions Talents Hauts en 2012.

Génial, drôle, intelligent, bref, Esther a les pieds sur terre, on adore !

Certes, les livres sur le respect des différences existent et ils sont légion dans le domaine de la littérature de jeunesse. Mais celui-ci est vraiment différent ! D’abord, son personnage principal n’est pas un enfant... hé oui, les grands aussi ont des complexes, hein ? et même que parfois, ils les traînent avec eux à l’âge adulte. Ensuite, son défaut est exagéré de manière vraiment humoristique dans des illustrations fabuleuses, avec un petit côté année 50 vraiment séduisant.

Et puis, cet album à mettre entre toutes les mains parle de tout ! La tyrannie de la mode, qui crée des chaussures pour les yeux et pas pour les pieds, la vie à Paris et celle du petit village, etc.

Voilà une série, les Papareils, que l’on a envie de découvrir in extenso !

Analyse :
Esther à les pieds sur terre, est un livre visant à pointer du doigt les différences et le rejet. qui s’en suit. La différence invite à la moquerie, et n’est pas toujours acceptée dans notre société, elle fait peur, et cela même dans le monde des adultes. Esther arrive à Paris et subit de multiples moqueries, elle ne trouve pas sa place dans la société, et deux jobs lui sont refusés à cause de sa différence. Il y a aussi une notion de courage qui découle de ce livre, Esther ne lâche rien et fait tout son possible pour s’intégrer. Face aux obstacles qui sont sur sa route, elle fait face. Elle se confectionne des chaussures elle même contre le froid n’ayant pas trouvé son bonheur dans les magasins parisiens. La leçon que l’on peut en tirer c’est que c’est finalement grâce à sa différence qu’elle finit par trouver un emploi, son courage, sa détermination ont payé. En aidant son employeur à relancer la vente des chaussures, elle s’est aidé elle-même. Il y a donc cette notion d’entre aide dans l’histoire et la différence qui n’est plus vu comme un obstacle ni comme une peur mais comme un atout. C’est donc autour de l’intégrité qu’est tournée l’histoire. Le lecteur se questionne sur ce qu’il va arriver à Esther, si elle va finalement réussir à se faire une place dans un société mal adaptée. On aussi au début de l’histoire une référence à son ancien village, où elle précise avoir été parfaitement intégrée et où personne ne remarque la longueur de ses pieds. On retrouve donc ce contraste, village et grande ville, Esther s’initie donc avec beaucoup de courage dans la fourmiller qu’est Paris. Ce livre montre qu’il ne faut pas abandonner et qu’il ne faut pas avoir honte de ce que la nature nous à donner mais en tirer parti. Si l’on s’accepte soi même, les autres trouveront toujours le moyen de nous accepter aussi. Il y a donc une importance de l’altérité et le regard de l’autre.

Pistes pédagogiques :

- Les pieds d’Esther : Le rire que suscitent les différentes illustrations. Ses pieds sont montrés en différentes postures, avec des rôles différents, et même une personnalité différente ! Travailler sur les images, comment ses pieds sont-ils représentés par rapport au reste des dessins ? Sont-ils intégrés ?

- Jouer à se mettre à la place du premier employeur, l’auraient-ils embauché ? Oui, non, pourquoi ?

- S’imaginer à la place d’Esther dans le métro, et leur demander de quelle façon ils auraient réagi.

- Demander aux élèves de dessiner des paires de chaussures pour Esther. Art plastique : collage, recyclage de vielles chaussures. Exposition : C’est le pied (