Accueil > Collège & lycée > Le Français en Seconde > Lecture cursive > Du Moyen-âge au XVIème siécle > Etude du Chevalier au Lion

Etude du Chevalier au Lion

2003

Publié chez Gallimard (15 septembre 2003)
Collection : folio plus classique

Etude réalisée par Céline.

Présentation générale :

Chrétien de Troyes est né vers 1135 sous le règne de Louis VII et est mort entre 1182 et 1185, au début du règne de Philippe Auguste.
Il a vécu à la cour de Marie de Champagne, établie à Troyes, ville considérée à l’époque comme un important lieu d’échanges culturels et économiques, lieu de passage d’artistes renommés comme Gautier d’Arras, Gace Brulé, poètes et Chansonniers.
Chrétien de Troyes appartient à la communauté de l’Eglise, c’est un clerc reconverti en trouvère, poète itinérant et jongleur, du nord de la France.
C’est un des premiers romanciers français qui symbolise un réel tournant dans la culture du Moyen Age.
Il est le premier à croiser la tradition française et bretonne pour inventer des récits où se mêlent des références chrétiennes et païennes, en s’inspirant des contes celtiques.

C’est ainsi qu’est né Le Chevalier au Lion vers 1176.

1) Caractéristiques de l’œuvre :

a) Son genre :

Le Chevalier au Lion est une littérature médiévale, c’est à dire, un nouveau genre qui mélange la poésie courtoise, la chanson de gestes, et les légendes celtiques.

C’est un roman imaginaire qui associe les aventures de chevalerie aux histoires de magiciens et de fées.

b)Le Thème principal :

L’Amour, l’Aventure et les Valeurs d’Enseignement :

A travers ses exploits le héros tente une véritable aventure intérieure vers la connaissance de soi

Il définit le chevalier parfait et le chevalier courtois.

2) Les Personnages et leurs fonctions :

a)Le Roi Arthur

Il représente le « roi idéal », chevaleresque et épris de justice.

b)Messire Yvain

Personnage principal de cette œuvre, il va accomplir 10 combats et est épris de Laudine avec qui il va se marier grâce à Lunette.

c)Dame Laudine

Elle est la Fille du duc de Landunet.
Son époux, Escclados le roux, a été tué par Yvain avec lequel elle a passé un pacte d’amour.

d)Lunette

Après que Messire Yvain a tué Escclados le Roux, elle l’aide à se cacher dans le château et lui sauve la vie.
C’est la confidente de Dame Laudine, elle va lui conseiller de se marier avec Yvain.
Elle est emprisonnée à cause de l’infidélité d’Yvain qui, pour se racheter, combattra pour elle et la sauvera du bûcher.

e) Messire Gauvain

Fils du roi Lot, neveu du roi Arthur, c’est le meilleur ami d’Yvain qu’il devra combattre sans le savoir mais il n’y aura pas de vainqueur.
Tout comme lui, il représente le chevalier courtois.

f)Calogrenant

Il n’apparaît que dans la 1ère partie du roman.
C’est à partir de l’histoire de ce conteur, que toutes les aventures d’Yvain, son cousin, commencent.
C’est pour lui que celui ci part à la recherche de la fontaine magique et de son gardien.

g)Ké, le Sénéchal

Personnage antipathique, il se croit supérieur à tout le monde et se permet de critiquer la Cour.
Alors qu’il injurie publiquement Messire Yvain, celui ci le provoque en duel et sort vainqueur de l’affrontement.
_ Après cette humiliation, il disparaît de l’histoire.

h)Le Lion

Il est sauvé de la mort par Yvain et en signe de reconnaissance, il devient son plus fidèle protecteur et dévoué serviteur.
C’est à partir de cette rencontre que Yvain devient :
Le Chevalier au Lion.

3)Résumé du roman :

Calogrenant déclenche une terrible tempête en versant sur une pierre l’eau d’une fontaine magique protégée par le chevalier Escclados le Roux. Tous deux se battent en duel, Calogrenant est vaincu.

Lorsque Messire Yvain entend cette histoire, il décide de venger son cousin en se rendant à la fontaine et en combattant le chevalier. Il le poursuit, pénètre dans son château et le tue.

Apercevant à l’enterrement d’Escclados le Roux sa veuve éplorée, Dame Laudine, il tombe éperdument amoureux d’elle. Avec l’aide de Lunette, il échappe aux gardes et convainc Dame Laudine de l’épouser.

Après la venue au château du roi Arthur, Yvain part combattre à ses cotés.
Sa dame lui donne un anneau pour symboliser leur pacte :

Si dans un an jour pour jour Yvain n’est pas revenu au château, Laudine ne l’aimera plus. Il jure de revenir à temps mais manque à sa promesse.

La folie et le désespoir s’emparent alors de lui. Il est sauvé, sans le savoir, par Lunette grâce à un onguent magique.

Remis sur pied, il part en quête d’aventures et sauve la vie d’un lion qui deviendra son protecteur. Ensuite s’enchaînent de nombreux combats victorieux en faveur des opprimés.

Grâce à ses prouesses, pourra t il regagner l’amour de Dame Laudine ?

4) Etude des temps dans un extrait -page 68

« Comme il allait devant Yvain, le lion sentit dessous le vent bêtes sauvages à la pâture. L’instinct et la nature le poussaient à aller en proie et à pourchasser sa vitaille. Il se mit un petit dans leurs traces pour bien montrer à son seigneur qu’il avait sentit et rencontré vent et flair de bête sauvage. Il le regarde et il s’arrête car il veut le servir selon son gré et non contre sa volonté. Messire Yvain voit bien que la bête lui montre q’elle l’attend, qu’elle restera s’il reste et qu’il pourra prendre la venaison que lion a flairée. Alors messire Yvain l’excite comme il ferait pour un brachet*. »

*Petit chien de chasse

L’extrait choisi est un passage narratif donc les temps employés sont ceux du récit.

Tous les verbes de cet extrait sauf un sont à l’indicatif, ils expriment un fait dans sa réalité. Il comprend plusieurs temps :

« il allait », « l’instinct et la nature le poussaient »
Ces deux verbes sont à l’imparfait :
Il inscrit une action dans la durée, c’est le temps de la description au passé.
Il est utilisé pour les faits de second plan.

« le lion sentit », « il se mit »
Ces deux verbes sont au passé simple :
Il met en relief le caractère ponctuel ou soudain d’une action. Il montre aussi la succession de différentes actions. Utilisé avec l’imparfait, il indique qu’une situation soudaine se produit au cours d’une situation durable, exprimée à l’imparfait.

« il avait sentit », « il avait rencontré »
Ces deux verbes sont au plus-que-parfait.
Il reprend les valeurs de l’imparfait et exprime de plus l’antériorité d’une action par rapport à une autre action exprimée à un temps simple ici au passé simple.

« il le regarde », « il s’arrête », « il veut », « messire Yvain voit », « il lui montre », « elle l’attend », « il reste », « Yvain l’excite »
Ces verbes sont au présent de narration. C’est le temps le plus utilisé dans ce paragraphe. Il exprime un fait passé au présent et rend le texte plus vivant. C’est un indice du récit.

« le lion a flairé » : Le temps utilisé est le passé composé.
Il marque une action accomplit, mais établit un lien avec le présent.

« elle restera », « il pourra » : Ces deux verbes sont au futur simple.
Le futur envisage un fait à venir, souvent certain. Il prend aussi la valeur de futur historique, futur par rapport à une action passé.

« il ferait » : Le temps utilisé est le conditionnel.
Il exprime un futur dans le passé. (il crut que tous se passerait bien)
Mais il prend aussi une valeur modale et exprime une éventualité.

Le chevalier au lion contient aussi beaucoup de dialogue :

Dans le discours, les temps s’organisent à partir du présent d’énonciation ;
On repère donc essentiellement le passé composé et le futur.
Lorsque le discours a une visée plus large, on rencontre le présent de vérité générale.

Les dialogues rendent le texte plus vivant et plus concret, on se glisse plus facilement dans la peau des personnages.

Exemple : extrait page 53

« - Dame, ce terme est bien lointain, si je pouvais être colombe chaque fois que je le voudrais, souvent avec vous je serais* ! Et je pris Dieu qu’il ne lui plaise de me laisser aussi longtemps loin de vous. Mais tel compte tôt revenir qui point ne connaît l’avenir. Je ne sais ce qui m’adviendra, ou maladie ou bien prison. Vous devriez considérer les empêchements que je pourrais souffrir. »

*dans cette phrase le sujet est inversé ce qui met en valeur la situation du personnage et donne un style littéraire plus poétique.

5) Le personnage principal : messire Yvain

Yvain est un chevalier vivant à la cours du roi Arthur.
Comme tous les chevaliers, il accorde beaucoup d’importance à sa fierté, à la honte ou à la gloire.

Il se veut courtois et vient toujours en aide des personnes dans le besoin ( de nos jours il serai considéré comme une sorte de super héros galant)

Pourtant sa dame dit de lui qu’il est :
Mensonger, traître, déloyal et tricheur
Comme le serpent !

Après la perte de Laudine, la folie s’empare de lui et le transforme temporairement en bête sauvage. Il est délivré grâce à Lunette, qui une fois de plus lui sauve la vie, et à la magie de l’onguent.

Son identité se construit grâce à ses aventures en particulier après avoir choisit le lion. Messire Yvain voit un serpent et lion qui se battent cependant le lion est en très mauvaise posture, après quelques secondes d’hésitation le chevalier sauve celui-ci.

Cette scène est très symbolique :en sauvant le lion, Yvain sauve la loyauté, la franchise et le bien et rachète sa faute et son égoïsme.

Le lion devient le symbole de la quête d’Yvain.

Son emblème sera désormais les larmes, l’humilité et la reconnaissance de l’animal.
Sa mission (être généreux, fidèle et respecter ses paroles) est inscrite dans son nom : Le chevalier au lion.

Plusieurs fois le lion sauve, à son tour, Yvain de la mort. Il lui montre son attachement et lui fait comprendre que l’amour implique le respect, la fidélité et la générosité à l’égard de l’autre.

La quête d’Yvain est double :
_Elle est spatiale, Yvain se déplace tout le temps pour accomplir ses aventures, il ne reste jamais longtemps dans un endroit.
_Elle est spirituelle, il reçoit des leçons de moralité ( Laudine, Le lion ) qui le font progresser dans sa quête et dans sa personnalité.

Pour résumer, à la fin de son histoire Yvain est devenu un modèle de chevalerie.
Il est courtois, fidèle, honnête.
Il sait se battre, ne craint pas le danger, et aime les défis.

6) Mon opinion personnelle

Ce que j’ai aimé dans ce roman :

Le monde de la chevalerie qui nous transporte au moyen âge, avec toujours une part de féerie.
Les personnages sont quelque peu complexes mais c’est ce qui les rend intéressants.
Le combat que j’ai préféré est celui entre Yvain et Gauvain car, sans le savoir, (c’est l’intérêt du duel) ils se défient. Comme il n’y a ni vainqueur ni vaincu cela montre l’égalité des deux chevaliers aussi bien en force qu’en courage.

Ce que je n’ai pas aimé :

Les combats sont trop répétitifs et en deviennent lourds.
La fierté, quelques fois, trop prononcée des personnages est énervante.

Pour conclure :

Pour tous ceux qui aiment le Moyen Age ses combats et ses personnages avec un soupçon de féerie, le Chevalier au Lion plaira sûrement.

Messages

  • Moi qui déteste le moyen age je suis servie car avec mon collège je doit le lire et il ne me donne pas envie

  • Dans le grand 5),c’est écrit que :"Après la perte de Laudine, la folie s’empare de lui et le transforme temporairement en bête sauvage. Il est délivré grâce à Lunette, qui une fois de plus lui sauve la vie, et à la magie de l’onguent".
    Mais quand il devient fou ce n’est pas Lunette qui le sauve mais c’est la dame de Noroison.Il se fait soigner et il rencontre ensuite Lunette qu’il sauvera.

  • Je l’ai lu pour le lycée, on a fait une étude de texte dessus, et il se trouve que Lunette n’a pas sorti Yvain de sa folie, et dans ce livre Arthur est loin d’être décrit comme le roi idéal, à part lors du combat entre Yvain et Gauvain. Sinon ce livre est plutôt bien.