Accueil > Licence de Lettres > ANCIEN FRANÇAIS > Exercice de traduction

Exercice de traduction

dimanche 19 octobre 2014

À faire pour le 20 novembre au plus tard.

Répondre aux questions en clquant sur "Répondre à cet article".

Traduire le petit texte suivant et faire la fiche du mot " chevalier ".

La reïne ne set que face,
quant sa pucele voit bleciee ;
molt est dolante et correciee :
« Hé ! biax amis, fet ele,
molt me poise de ma pucele
que si a bleciee cil nains ;
molt est li chevaliers vilains,
Quant il sofri que tex fauture
feri si bele criature.
Biax ami, alez i
au chevalier, et dites li
que il veine a moi, bel lest mie :
conuistre vuel lui et s’amie.

Plan de la fiche de vocabulaire :

1/ étymologie

2/ sens du mot dans le texte

3/ sens du mot en ancien français

4/ sens du mot en français moderne

Pour l’étymologie et les sens du mot en français moderne : utiliser le Trésor de la langue française.

Pour chercher les mots en ancien français, allez dans l’ENT et utilisez le dictionnaire Godefroy.

Messages

  • PEYRAMAURE Camille

    Traduction

    La reine ne sut que faire,
    quand elle vit sa servante blessée ;
    elle fut très triste et irritée :
    Hé bel ami, fit-elle,
    il me pèse beaucoup que ma servante
    eut été blessée par ce nain ;
    le chevalier est très vilain,
    puisqu’il a accepté qu’on puisse
    frapper une si belle créature.
    Bel ami, allez y, et dites lui
    qu’il vienne à moi dans les plus brefs délais :
    je veux le connaître lui et son amie.

    Vocabulaire

    CHEVALIER

    Sens dans le texte :
    jeune noble se vouant au service d’une dame.

    Étymologie :
    Vient du latin « caballarius » formé à partir de deux éléments latins :
    - caballus : qui signifie cheval
    - ier (du latin -arius, -aria, -arium) suffixe utilisé dans la formation des noms de métier.
    Le mot avait le sens de palefrenier, écuyer, ou plus simplement désignait celui qui s’occupait des chevaux.

    Sens du mot en ancien français :
    - Le premier sens est celui de cavalier, homme qui se déplace à cheval, puis le sens a connu un glissement vers un sens social, et le mot peut donc également désigner le guerrier noble combattant à cheval (par opposition à ceux qui n’étant pas nobles, combattaient à pied).
    - Noble dont le degré est en dessous de celui du baron
    - Noble, plus rarement bourgeois, admis dans l’ordre de la chevalerie
    - Dans l’ancienne Rome, chevalier pouvait désigner un citoyen appartenant à l’un des trois ordres de l’État, intermédiaire entre les patriciens et les citoyens.
    - Jeune noble se vouant au service d’un dame
    - Membre d’un ordre religieux ou militaire (exemple : Chevalier de Malte)

    Sens du mot en français moderne :
    Le terme chevalier peut renvoyer à celui qui se dévoue à une noble cause, mais le mot est peu utilisé, mis a part dans les écrits historiques (et dans la littérature historique) puisque la réalité à laquelle le mot correspond n’est plus d’actualité. On peut cependant le retrouver dans des expressions figées comme « chevalier servant » qui signifie que l’homme correspond aux canons de la littérature courtoise et qu’il se comporte avec respect avec les femmes. On le retrouve également pour désigner un membre d’ ordre honorifique (Chevalier de la Légion d’Honneur) ou religieux.
    En sciences naturelles, le chevalier peut désigner un poisson aux couleurs vives (vivant surtout dans les mers chaudes) appartenant à la famille du saumon, mais aussi un oiseau d’eau au long bec (et aux doigts légèrement palmés), appartenant à la famille de la bécasse.