Accueil > Collège & lycée > Le français au collège > La littérature de jeunesse > Quatrième-Troisième > Jours de collège de Bernard Friot

Roman

Jours de collège de Bernard Friot

2007

Publié chez Gallimard (2006)

Présentation de l’éditeur :
Yannick, Sébastien, Samira, Lise... timides, rebelles, complexés, passionnés, amoureux, lâches ou solidaires, tous différents mais tous collégiens. Cinq univers légers ou dramatiques, contrastés comme la vie. Cinq histoires fortes pour évoquer le collège. Des mots essentiels pour une écriture toujours tendue par l’émotion.

Pistes didactiques proposées par Marine Bourroux (PE2).

OBJECTIFS DE LA SEQUENCE :

* découvrir un genre littéraire : la nouvelle ;

* donner le plaisir de lire ;

* écrire des textes courts de diverses fonctions ;

* parler de la vie du collège.

SEANCE 1 :

Marque pages 19 à 44.

Cette nouvelle cible le goût des ados pour les marques de vêtements et montre qu’être créatif c’est bien mieux que de suivre la mode.

Lecture des trois premiers « jours » pages 21 à 28.
Questionnaire de compréhension :
 Quels sont les personnages de l’histoire ? De qui est composée la bande des 4ième 5 ?

 Quelle est l’idée de Cassandra ? Que veut-elle faire avec les maillots ?

 Comment cette bande de copains va-t-elle s’y prendre pour créer sa marque de vêtements ?

* Faire écrire la suite d’une histoire en prenant des indices dans le début du texte (c’est aussi une manière de travailler la compréhension).

En collectif, définition d’une trame de la suite de l’histoire. Les problèmes posés :

 recherche d’une couturière
 trouver un nom pour la marque
 création des modèles
 production des vêtements
_ faire la publicité de la marque

Ensuite, les élèves sont en groupes pour raconter une journée jusqu’à la fin, la finalisation de la marque. Ils doivent donc prendre en compte ce qui s ’est passé prédemment dans l’histoire et ce que les autres groupes ont pu écrire.
Lecture de la fin de l’histoire pour favoriser le regard entre ce que les élèves ont rédigé et ce que l’auteur a écrit.

En parallèle, séance d’ORL sur l’insertion du dialogue dans un texte écrit au présent, basée sur la fin du jour 1 : « Thomas se verse un verre.....mais il ne le savaient pas »

SEANCE 2 :

Correspondance pages 83 à 125.

Dans cette nouvelle, une collegienne écrit des lettres à François Bonlieu, son professeur de français, mais elle ne les lui envoie pas. Ses lettres alternent avec des scènes de la vie du professeur : correction de copies, vie amoureuse, sortie.

Les textes se succèdent et abordent la question de l’écriture et de la musicalité de la langue dans la littérature. Lise, la jeune élève de 3ème, se cherche à travers l’écrit, et comprend peu à peu ce qu’écrire veut dire : « Les mots m’ont prise au piège. » écrit-elle (p. 95).

Dans un premier temps, les lettres de Lise, qu’elle garde secrètes, ne rencontrent pas les textes consacrés au professeur. Mais peu à peu, cette rencontre a lieu, à travers l’écriture d’un poème écrit par la jeune fille et qui est le seul texte intime qu’elle fera lire à son professeur.

Il pourrait être intéressant d’aborder en classe la question de la musicalité de la langue, à travers la lecture et l’écriture de poèmes. Certaines phrases de la nouvelle de Bernard Friot pourront ensuite servir de point de départ à débat : qu’est-ce que ça veut dire « les mots m’ont prise au piège » ?

SEANCE 3 :

Foulard : pages 45 à 67

OBJECTIF : analyser les comportements et les relations des personnages pour comprendre l’histoire.

Faire répérer les passages caractéristiques des actions du personnage principal, ici le narrateur.

 « Depuis combien de temps est-on ensemble, toi et moi ?... Sans toi, ça ne va pas. » (page 47/48)
 « Et puis ça faisait un mois que tu n’existait plus vraiment.... tu n’as pas voulu me voir. » (page 49)
 « Quand je vais chez toi, tu t’enfermes dans ta chambre...Etre musulman, c’est là, dans le coeur. »
 « Ta mère, alors, lève la tête vers moi, me regarde... Mais de quoi ? » (page 51)
 « Aujourd’hui, j’ai gravé ton prénom sur la table... -Comment va Samira ? a-t-elle demandé. » (page 54)
 « D’un geste de la main, je balaie toutes les photos... mes sourcils au crayon noir, et je suis toi, Samira. » (page 58)
 « J’ai posé le foulard sur la tête... à cause de la rondeur de tes joues, du brillant de tes yeux » (page 61)
 « Je suis entrée en salle 221, cours de français... Moi, il me rend invisible, inutile. » (page 63)
 C’est là que je me suis décidée.... a-t-elle répété du même ton interrogatif. » (page 65)
 « Voilà. J’attends.... J’arrive, Samira, j’arrive. » (page 67/68)

Questionnaire sur les raisons de ses actes, les sentiments qu’il ressent ; les relations qu’il entretient avec les autres personnages.

QUESTIONS :
Qui est le narrateur de l’histoire ?
A qui s’adresse-t-il et où est la personne à qui « je » s’adresse ?
Quelles sont les relations entre ces deux personnages ?
Quels sont leurs prénoms ? (Samira : « tu », Claire : « je »)
Pouquoi Samira ne veut-elle plus parler à Claire ?
Quels sentiments cela provoque-t-il chez Claire ?
Que decide-t-elle de faire ? Pourquoi ?
Comment finit cette histoire ?

En parallèle, recherche sur la toile d’article de journaux relatant les incidents causés par le port du voile dans les établissements publiques et de la loi qui en a découlé.
But : mieux comprendre les actions de Claire qui raconte son histoire.

Prolongements possible sur la comparaison d’un article et du témoignage de Claire.
Production d’écrit d’un évenement vécu par tous les élèves d’un point de vue objectif, comme un article de journal, et d’un point de vue subjectif avec l’expression des sentiments, comme un témoignage.

SEANCE 4 :

Fausse note pages 7 à 18

OBJECTIF : décrire un personnage

Lecture silencieuse du texte
Recueuil des impressions des élèves sur cette nouvelle.
Production d’écrit sur la description du professeur, Van Eyck en prenant l’exemple de la description de Yannick page 11 « Yannick, lui, ne comprit jamais les règles....que ce n’est pas une excuse » et en prélevant des indices tout au long du texte sur le physique et le caractère du professeur.

En parallèle, séance d’ORL sur l’imparfait en étudiant son emploi dans le texte : imparfait descriptif et d’habitude