Accueil > Collège & lycée > Le français en Première > Les épreuves > L’épreuve écrite de l’EAF

L’épreuve écrite de l’EAF

mercredi 27 novembre 2002

Coefficients : 3 en série L, 2 en séries ES et S, 2 en séries STT, SMS, STL, STI, hôtellerie, techniques de la musique et de la danse.

Les sujets prennent appui sur un ensemble de textes (corpus) distribués au candidat, éventuellement accompagnés par un document iconographique si celui-ci contribue à la compréhension ou enrichit la signification de l’ensemble. Ce corpus pourra également consister en une œuvre intégrale brève ou un extrait long (n’excédant pas trois pages). Il doit être représentatif d’un ou de plusieurs objets d’étude du programme de première imposés dans la série du candidat, et ne doit pas réclamer, à celui-ci, un temps de lecture trop long.

Une ou deux questions portant sur le corpus et appelant des réponses rédigées peuvent être proposées aux candidats. Elles font appel à leurs compétences de lecture et les invitent à établir des relations entre les différents documents et à en proposer des interprétations. Ces questions peuvent être conçues de façon à aider les candidats à élaborer l’autre partie de l’épreuve écrite, la partie principale consacrée à un travail d’écriture.

Lorsque de telles questions sont proposées, le barème de notation est explicitement indiqué, le nombre de points attribué aux questions n’excède pas 4 points dans les sujets des séries générales et 6 points dans les sujets des séries technologiques.

Qu’il soit ou non accompagné de questions, le sujet offre aux candidats le choix entre trois types de travaux d’écriture, liés à la totalité ou à une partie des textes étudiés : un commentaire ou une dissertation ou une écriture d’invention. Cette production écrite est notée au minimum sur 16 points pour les sujets des séries générales et sur 14 points pour les sujets des séries technologiques quand elle est précédée de questions, sur vingt dans toutes les séries quand il n’y a pas de questions.

Le commentaire porte sur un texte littéraire. Il peut être également proposé au candidat de comparer deux textes. En séries générales, le candidat compose un devoir qui présente de manière organisée ce qu’il a retenu de sa lecture, et justifie son interprétation et ses jugements personnels. En séries technologiques le sujet est formulé de manière à guider le candidat dans son travail.

La dissertation consiste à conduire une réflexion personnelle et argumentée à partir d’une problématique littéraire issue du programme de français. Pour développer son argumentation, le candidat s’appuie sur les textes dont il dispose, sur les "objets d’étude" de la classe de première, ainsi que sur ses lectures et sa culture personnelle.

L’écriture d’invention contribue, elle aussi, à tester l’aptitude du candidat à lire et comprendre un texte, à en saisir les enjeux, à percevoir les caractères singuliers de son écriture. Elle permet au candidat de mettre en oeuvre d’autres formes d’écriture que celle de la dissertation ou du commentaire. Il doit écrire un texte, en liaison avec celui ou ceux du corpus, et en fonction d’un certain nombre de consignes rendues explicites par le libellé du sujet.

L’exercice se fonde, comme les deux autres, sur une lecture intelligente et sensible du corpus, et exige du candidat qu’il se soit approprié la spécificité des textes dont il dispose (langue, style, pensée), afin d’être capable de les reproduire, de les prolonger, de s’en démarquer ou de les critiquer.

En aucun cas on ne demande, le jour de l’examen, l’écriture de textes de pure imagination, libre et sans contrainte. Le document iconographique, s’il est joint au corpus, ne peut servir que de support. En aucun cas il ne sera demandé d’en faire une étude pour lui-même.

L’écriture d’invention peut prendre des formes variées. Toutefois, comme elle se fonde sur les contraintes littéraires des genres inscrits au programme de la classe de première, et qu’elle doit se prêter à une évaluation objective des correcteurs, elle s’inscrit dans les orientations suivantes :

  • article (éditorial, article polémique, article critique -éloge ou blâme-, droit de réponse…),
  • lettre (correspondance avec un destinataire défini dans le libellé du sujet, lettre destinée au courrier des lecteurs, lettre ouverte, lettre fictive d’un des personnages présents dans un des textes du corpus…),
  • monologue délibératif, dialogue (y compris le dialogue théâtral),
  • discours devant une assemblée,
    essai,
  • récit à visée argumentative sous forme de fable, d’apologue…

    Pour la série littéraire, on ajoutera :

  • amplification (écriture dans les marges ou les ellipses du texte), parodie et pastiche.