Accueil > Petits Lecteurs > Lire au cycle 3 > Le Voyage en bras-long de PEF

Album

Le Voyage en bras-long de PEF

2007

Publié chez Gallimard en 2006.

Etude proposée par Anne Derval, étudiante en PE1 à l’IUFM du Pacifique.

Le livre présenté est un album de PEF dans la série des « Prince de Motordu ». Il a été publié en 2006 chez Gallimard.
L’auteur associe, comme à son habitude dans les aventures de la famille Motordu, du texte et des illustrations. L’album raconte une histoire fantastique sous la forme de dialogues entrecoupés par le récit d’un narrateur. La famille Motordu part faire un tour du monde en « bras-long » (comprenez « ballon »). Il leur arrive diverses aventures lors de leur survole de l’Amérique, Paris…, ainsi que lorsqu’ils se posent sur une île puis en Mongolie. Ils croisent des nuages, des oiseaux… Tout ceci est prétexte à des explications du Prince à ses enfants, des découvertes et des apprentissages.
Cette œuvre pourrait être étudiée au cycle 3, en CM1 par exemple, car le texte est assez long et surtout complexe par les jeux de mots, les figures de style et le jeux poétique, employés par Pef , qui font appel à des connaissances et références langagières assez pointues.
Cet album plaît aux enfants par son côté aventure fantastique, mais aussi par l’humour et l’ironie qui sont omniprésents tout au long de la lecture. En effet, le principe de cette série des « Prince de Motordu » est très spécifique au style de Pef qui est inimitable pour faire parler ses personnages (le père, la mère, le fils et la fille) avec de savoureux jeux de mots, et cela dès le titre, Le voyage en bras-long qui signifie le « voyage en ballon », ou encore le pétrole transformé en P-Troll (c’est à dire pet de Troll !), la liste n’est pas exhaustive car il y en a plusieurs à chaque page. La peut alors devenir une véritable « chasse aux jeux de mots » !
Avant le départ en voyage, le Prince de Motordu explique à ses enfants (Nid-de-Koalas et Marie-Parlotte) quelle énergie fait avancer le bras-long qu’il a inventé et construit. Ce passage est très représentatif du style de l’œuvre et je pense qu’il plaira beaucoup à nos jeunes lecteurs car il est très drôle, imaginatif et malicieux ! De plus, je trouve que c’est un sujet très intéressant à travailler dans une classe en transversalité en géographie ou sciences car il pose le problème des énergies renouvelables et non-polluantes. Donc malgré l’aspect très léger des propos (des histoires de pets de Trolls), Pef évoque un sujet d’actualité et de société crucial. Ceci est un des nombreux exemples des sujets importants auxquels l’auteur sensibilise ses jeunes lecteurs. La confrontation de deux cultures (française et mongole) avec la vision de l’autre peut être un sujet riche à traiter en débat également.

La difficulté de certains jeux de mots peut être atténuée par la lecture des illustrations qui mettent en scène la plupart des confusions de langage de la famille Motordu et les rendent ainsi accessibles aux yeux du lecteur (les Trolls sont présents, les nuages traversés sont illustrés, le bras-long est représenté comme une montgolfière mais avec un ballon en forme de main pointée dans une direction….). On pourrait donc imaginer faire, dans un premier temps, une lecture approfondie des illustrations pour permettre par la suite une lecture plus aisée du texte et un repérage plus immédiat de certains jeux de mots. De plus, il serait conseillé de lire au moins une œuvre des aventures du Prince de Motordu avant d’aborder celle-ci car Pef fait référence à des épisodes antérieurs (notamment les époux Motordu se remémorent leur première rencontre). Cela permettrait aux élèves, par la même occasion, de se familiariser avec ce style littéraire particulier à Pef (littérature en réseau autour d’un style d’auteur).

Une activité de production d’écrit pourrait être envisagée sur le thème « écrire à la manière de Nid-de-Koalas » en imaginant un arrêt dans un autre pays.

Préalablement il faudrait envisager, d’une part, un travail sur les figures de style (parallèles, oppositions) et, d’autre part, des recherches pour créer des jeux de mots (travail à mener en atelier avec l’aide de dictionnaire).

L’humour du Voyage en bras-long est un bon moyen de donner le goût de la lecture. Par ailleurs, cette œuvre très riche au niveau langagier peut ouvrir en classe des portes sur d’autres domaines d’apprentissage que le français tels que les sciences, la géographie et l’éducation civique.