Navigation rapide

Accueil > Petits Lecteurs > Défi lire et Projet lecteur > Les contes

Les contes

L’approche pédagogique du conte chez les 8-12 ans

vendredi 29 mars 2013

Article rédigé par CAREME Oriane et GRATTON Fanny

Au sein d’une classe, l’approche de la littérature est un élément pédagogique essentiel qui peut s’aborder sous plusieurs formes. Le professeur des écoles se doit de trouver le bon support qui serait à la fois ludique et captivant. Ainsi, le conte répond parfaitement à tous ces critères puisqu’il demeure non seulement un genre littéraire très présent dans l’univers enfantin mais aussi un excellent moyen pour le professeur d’aborder des notions clés.

Le conte est un vecteur important dans le développement de l’enfant. Il lui permet à la fois de distinguer la réalité et le fictif et de stimuler sa créativité et son inventivité.
Grâce aux contes, l’enfant sera capable d’exacerber sa compréhension du monde en s’ouvrant à d’autres cultures et ainsi élargir son bagage culturel.
“Apprendre” étant le maître mot du professeur des écoles, nous ciblerons notre article sur les démarches possibles en relation avec le genre du conte.
Celui-ci rassemble plusieurs sous-catégories qui ont chacune des notions spécifiques au bon apprentissage de langue française : le conte merveilleux, le conte d’animaux, le conte étiologique, le conte de randonnée, le conte facétieux et le conte moderne.

LE CONTE MERVEILLEUX

"le conte merveilleux ou conte de fées est le récit d’une initiation réussie avec apparition d’êtres surnaturels ou d’objets magiques aux fonctions très codées"

Avant d’aborder le conte dans sa globalité, il est nécessaire que les enfants comprennent quelles sont les règles rigoureuses qui le caractérisent. Ainsi, celui-ci apprendra qu’un conte comporte une formule d’entrée "il était une fois", des éléments extraordinaires ou réalistes, des héros et une morale appropriée à la diégèse.
La structure du récit permet de mettre en relief un schéma narratif rigoureux :
- la situation initiale
- problème
- action/péripéties
- résolution du problème
- situation finale

La démarche pédagogique consistera à résumer synthétiquement le conte lu auparavant en classe afin de permettre aux enfants de dissocier les éléments indispensables et accessoires.
Ainsi, plusieurs exercices peuvent être mis en pratique :
- résumer le conte en lien avec la culture littéraire antérieure que les enfants peuvent avoir (antique et mythologique)
- résumer sous forme de schéma actanciel et narratif les moments clés (sous forme de tableaux à remplir par exemple)
Pour cela, les enfants pourront surligner les mots clés afin de ne pas répéter les mêmes termes et garder l’ordre chronologique de l’histoire. Un effort de concentration, une objectivité et un esprit analytique et synthétique seront demandés à l’élève lors de ces exercices afin d’évaluer sa qualité d’écriture.

LES CONTES D’ANIMAUX

Les contes d’animaux "ne comportent pas de moralité explicite". Ils sont important dans l’univers des enfants car ceux-ci s’identifient à eux avant de s’en éloigner pour s’identifier aux adultes. Ils peuvent donc intervenir dans le développement personnel de l’enfant.

Ceux-ci ont la particularité de posséder, dans leurs histoires, de nombreuses oppositions. La démarche consistera donc à aborder la comparaison de différentes versions d’une même histoire, de comprendre quelles sont les représentations et les clichés attachés aux éléments de l’histoire et enfin de débattre à l’oral à partir de cette étude comparative.

Pour ce faire, le professeur peut questionner l’élève sur l’histoire abordée pour capter toutes les représentations de base. Une étude comparative de diverses versions du même conte peut être réalisée et discutée par la suite à l’oral. Il peut être également intéressant de laisser les enfants lire à voix haute afin de développer leur diction et leur compréhension orale.

LES CONTES ETIOLOGIQUES

Les contes étiologiques fournissent "des explications fictives sur l’origine des caractéristiques spécifiques des plantes, des animaux ou des astres".

La démarche dans le conte étiologique est de stimuler l’imagination de l’élève par la découverte du monde et de la diversité ainsi que de développer la capacité rédactionnelle de l’enfant.
A l’oral, le professeur peut demander à ce que les élèves dressent le portrait du personnage de l’histoire à différentes étapes du récit pour constater le parcours initiatique du héros. L’enseignant lit à voix haute l’histoire en s’arrêtant aux passages clés afin que par la suite, les élèves puissent analyser et inventer la suite.
A l’écrit, il peut être demandé de rédiger un nouveau conte à la manière du conte étiologique (ex : "Imaginez l’origine du cou de la girafe, des rayures du zèbre ...)

LES CONTES DE RANDONNEE

Les contes de randonnée ont une forme très spécifique basée sur la répétition (refrain) tout au long de l’histoire. Ils contiennent un vocabulaire riche et des expressions peu courantes. Ainsi, les gestes deviennent primordiaux dans la lecture de l’histoire.

La démarche consiste à s’imprégner de la structure du récit à l’oral pour pouvoir écrire un conte par la suite.
La participation à l’oral des enfants sur les phrases “refrain” du texte peut être demandée en tant qu’exercice. L’enseignant peut également proposer à ses élèves d’émettre des hypothèses à certaines étapes du récit et par la suite écrire un conte de randonnée en utilisant les structures répétitives spécifiques de celui-ci.
Pour la lecture de ce genre de conte, le professeur des écoles devra être doté d’une bonne élocution et utiliser un rythme et une gestuelle appropriée.

LES CONTES FACETIEUX

"Les contes facétieux ou contes comiques fonctionnent sur le registre de l’humour en mettant en scène un fort et un faible"

Le conte facétieux se repose sur le modèle du Hodja qui devient la référence, l’embrayeur de ce genre de récit. Le but est de rire, de s’amuser tout en apprenant sur l’autre et sa culture. La fonction référentielle entre en jeu ainsi que les notions de parodie, satire et pastiche.
Dans ce ce conte, on trouve un personnage qui accomplit l’action et une victime plongée dans le comique de certaines situations.
Le personnage du Hodja semble être un homme mûr. Ses péripéties s’enchaînent avec humour mais assument à la fin de la diégèse de réelles leçons de vie et de sagesse.
Les exercices sont multiples concernant l’approche du conte facétieux :
- Exercice d’improvisation, d’oralisation et de theâtralisation du conte en classe afin d’évaluer l’aisance des élèves à parler et jouer en public (lors notamment des fêtes d’école).
- Exercice de réflexion d’une histoire pour que les enfants trouvent d’eux mêmes les sous-entendus du récit.

LES CONTES MODERNES

"Le conte moderne figure dans un contexte moderne où les personnages font l’apprentissage de la vie"

Le conte moderne a pour référent La petite fille aux allumettes d’Anderson. Il aborde véritablement l’aspect réaliste de la vie. Les personnages sont humains et ne possèdent pas de pouvoirs merveilleux. C’est pourquoi, le contexte historique et social des personnages du conte est prépondérant pour comprendre parfaitement les péripéties des personnages.
Ainsi, notons que le rapport texte/images est extrêmement important pour que l’enfant puisse imaginer, mais surtout interpréter à sa manière les misères de la vie de la petite fille.
Ici, les procédés pédagogiques sont simples mais essentiels pour que le conte prenne sens dans la mémoire des élèves :
- Exercice de comparaison avec d’autres contes de l’auteur
- Présentation et biographie de l’auteur afin de comprendre son milieu et ses motivations à écrire ce genre de conte.

L’enseignant a pour projet d’incarner au mieux le rôle du conteur. Le but est de laisser les enfants exprimer leurs propres émotions et de les justifier par les illustrations du conte. Ce moyen permet alors de heurter l’enfant à la dure réalité et d’en prendre conscience.
Une certaine interaction se joue au sein de la classe , elle permet ainsi d’échanger les émotions et s’interroger, réfléchir sur les moments forts de l’histoire.
Le conte moderne permet de questionner la réalité. Il est essentiel de se demander en quoi cette histoire est spécifique et exemplaire de la réalité. Finalement, ce conte n’est-il pas la cause de la perte d’innocence de l’enfant ?

Ainsi, le conte semble être un outil pédagogique exemplaire pour la découverte du monde littéraire. Il permet de regrouper sous un seul support les 4 domaines d’apprentissage tels que l’expression écrite et orale et la compréhension écrite et orale.
Chez les 8-12 ans, les moyens pédagogiques sont multiples mais l’imprégnation du conte reste la plus bénéfique au travers les qualités rédactionnelles d’un élève, "le réinvestissement dans l’écriture d’un texte".
Remarquons aussi que le conte est une expérience qui se vit. Les bienfaits du conte passent par la notion de groupe, les enfants ont besoin de ressentir les émotions ensemble ; cela permet de solidifier un groupe, les rendre unis et en quelque sorte liés par le biais du récit. Déjà initiés à l’écriture depuis la maternelle, les élèves de l’école primaire peuvent à présent écrire et mettre des mots sur ce qu’ils ont ressenti : "le plaisir d’écrire vient naturellement prolonger celui de lire".
Ainsi, quel est le rôle du professeur des écoles dans tout ce fleuve d’émotions ?
Ce dernier est le médiateur entre le livre et les élèves. Il doit donner envie aux enfants de continuer la lecture et de prolonger leurs rêveries en lisant eux-mêmes des contes.