Accueil > Actualités du livre > Hadrien Laroche > Les hérétiques

Les hérétiques

vendredi 5 avril 2013

Les Hérétiques est un roman de l’écrivain français Hadrien Laroche paru en 2006 aux éditions Flammarion.

Article commun écrit par Joana Guillou et Laetitia Charrault.

La quatrième de couverture dévoile l’identité des deux protagonistes du récit, deux amis d’enfance : le narrateur, qui est nommé dans le récit par le pronom personnel "je" et Hek , son ami : "Mon enfance est toxique, je dois me débarrasser d’elle au plus vite, m’avait dit Hek. Pour moi ce furent ses derniers mots. J’entends encore son rire."
Cet extrait met en évidence le thème de l’enfance. Il fait écho au récit du narrateur : sa dernière rencontre avec Hek est le fil conducteur du récit jusqu’à la mort de ce dernier. Cette dernière rencontre permet au narrateur de se rappeler par analepse leur amitié.

Laroche analyse la vie quotidienne des deux principaux protagonistes sur une courte période de leur vie qui les amène à une réflexion sur eux-mêmes et les autres.

Dans ce texte, Hadrien Laroche décrit le lieu où il situe son récit : la ville de New York aux Etats-Unis. Il en fait une description précise et réaliste : la ville sous la neige et la vapeur s’échappant des cheminée des usines, le quartier des docks au loin : " Au-delà, tandis que le soleil s’élevait, le jeune homme distinguait le long de la promenade sous la neige, autour du lac, la vapeur des cheminées d’usine, les docks, plus loin le musée puis la grande roue.", (page 1) Le regard sur le ville se veut moins idéaliste que réaliste et moderne.

Mais ce qui nous semble frappant, c’est que le rapport à autrui semble impossible pour les personnages. Selon Hek, en effet, pour se créer, l’Homme doit agir sans l’influence d’autrui et savoir se détacher de sa famille. Cependant face à la maladie, son opinion change et il se rapproche des autres pour mieux accepter sa mort.

Dans Les hérétiques, les liens relationnels entre les personnages sont ambigüs. L’amitié et l’enfance sont représentés à travers le narrateur et Hek. Toutes les phases transitoires de l’enfance à l’adolescence sont abordées : l’éveil à la sexualité, notamment à travers l’homosexualité masculine.
Le rapport aux femmes est marqué par l’ambiguïté de leur relation avec les hommes. Le personnage d’Henri Sr avoue :“J’étais vierge et je suis vierge”. Son rapport aux femmes est lié à l’inceste puisque Hek avoue avoir surpris sa soeur Marguerite en train d’embrasser son frère. Henri Sr raconte sa première expérience homosexuelle au narrateur. Il se nomme lui-même “le fils infécond que je suis.” À ses yeux, il a échoué à devenir un homme et cela l’a isolé du monde et plongé dans la solitude.

Marguerite est également un personnage ambiguë. Hek la retrouve dans la ville de Termonde, travaillant dans " une certaine institution clandestine qui tenait du salon de massage, de la maison de thé et du bordel". Il ne l’a pas revue depuis des années. La description de la chambre où elle vit et l’allusion aux seringues et aux pilules dans la salle de bain laissent à penser que la jeune femme vit une vie misérable. La famille est vue comme une sorte d’objet brisé à l’image de tous les membres de cette famille.

Le roman réfléchit sur la mort. Hek est conscient de sa maladie et l’on peut se demander si Laroche ne pose pas aussi la question implicite du "droit à mourir dignement". Hek fait en effet le choix de sa propre mort. Mais avant, malgré la maladie, il met ses dernières forces dans sa recherche de la vérité sur ses origines. Une fois sa quête aboutie, peu importe la vérité, qu’elle soit bonne ou mauvaise, elle lui permet de se laisser aller vers la mort qu’il a choisie.

Les Hérétiques est un roman évoquant de manière peu traditionnelle des sujets tels que la famille, la mort, l’amitié. Il s’agit d’un roman sombre par la façon dont ces thèmes sont romancés. Hadrien Laroche interroge le lecteur sur la valeur de la vie et son écriture renvoie à des interrogations philosophiques qui nous touchent tous.

Galerie