Accueil > Actualités du livre > Hadrien Laroche > Les orphelins

Les orphelins

Trois nouvelles dans un roman

vendredi 15 mars 2013

Trois histoires de trois personnes ayant en commun une même blessure concernant leur filiation. Cette filiation ne sera pas reconnue ou meurtrira le corps du personnage , soit le personnage lui-même fera tout pour la réfuter. Le narrateur choisit de s’inviter respectivement chez les individus pour ainsi mieux conter leurs douleurs. Ces personnes sont toutes orphelines. H. née Bloch, n’a pu faire le deuil du père disparu et sa mère, par ses mensonges, lui a volée son enfance. Elle souffre de ne plus appartenir à une communauté et de ne plus avoir de famille soudée comme les doigts d’une main, un doigt a été coupé ! H. née Bouttetruie est marquée dans sa chair par une maladie orpheline d’origine génétique, de quoi maudire sa filiation ! Quant à H. né Berg, il ressent une profonde aversion pour ses parents et n’a qu’un souhait amputer le membre qui lui paraît déficient.
Bien que le narrateur prenne place parmi les personnages, il est là en observateur et parle d’eux à la troisième personne, son rôle est de réaliser un puzzle devant le lecteur permettant ainsi de reconstruire mémoire et identité. Les métaphores et les comparaisons sont nombreuses, la symbolique des objets est omniprésente : un pain ‘le bâtard’ retient l’attention du lecteur ainsi que des miettes de pain mais ; C’est surtout une jarre réceptacle de déchets mais également des rebuts dont l’âme humaine veut inconsciemment se débarrasser, mère, fœtus, qui ne manquera pas de laisser une trace.

Le style acéré d’Hadrien Laroche, les images crues et caustiques qui telles des flèches atteignent leur but ne peuvent laisser indifférent. La lecture de ce roman est conseillée à tous : à tous les êtres en recherche d’identité à tous ceux qui, empreints de sensibilité, veulent percevoir une émotion rare mais également à tous ceux qui veulent découvrir une écriture si riche et prometteuse.

Hadrien Laroche, un écrivain à connaître, dont il faut suivre l’oeuvre !