Accueil > Petits Lecteurs > Lire au cycle 2 > Loustic : Une aventure luni-solaire

Loustic : Une aventure luni-solaire

2004

Loustic : Une aventure luni-solaire d’Eléonore Gondeau publié chez

(Cilquez sur le logo ci-dessus pour accéder au site Grasset-Jeunesse).

Loustic est un bébé loup. Son père lui interdit de sortir le jour, mais il désobéit… Voulant voir le monde, il découvre le soleil. Mais celui-ci est bien brûlant : petit loup a trop chaud, il demande à la lune de manger le soleil. Celle-ci l’écoute. Mais non, c’est juste une éclipse !

Cet album joue avec l’écrit. Les mots sont de toutes les tailles, de toutes les couleurs, et leurs dispositions jouent avec l’espace de la page. De mêmes, les illustrations sont faites de contrastes tant au niveau des formes que des couleurs, des dimensions que des matériaux.

Découverte du livre :

L’enseignant commence par montrer le livre. La couverture est mystérieuse. On y voit un loup dans la nuit, et il a un drôle de regard. Il regarde en direction de la lune. C’est un élément important : le thème du regard sera assurément à étudier. Dès la découverte de la couverture, on demande aux élèves de prêter attention à l’illustration. Au cours de l’étude de l’album, on montrera aux enfants le rôle des couleurs : le rouge, couleur chaude, est la couleur du feu, donc du soleil ; le bleu, couleur froide, est la couleur de la nuit. Le bleu est plus doux : c’est pour Loustic une couleur rassurante, c’est la couleur du bien être, de la fraîcheur du soir et de la nuit, quand le bleu est foncé. Le noir est inquiétant : pas sûr ! Il l’est pour l’enfant qui a peur de la nuit, mais petit loup, vit la nuit et dort le jour ! Et le noir, c’est aussi la couleur de son pelage !

Des lettres et des mots :

Loustic : Une aventure luni-solaire est un livre idéal en grande section et en cours préparatoire : les mots y sont un jeu. Dès le titre où le qualificatif « luni-solaire » suscite l’imagination et la recherche linguistique ! On lancera avec les élèves une recherche lexicale : trouvons tous les mots qui se rapportent au soleil, tous ceux qui se rapportent à la lune, et voyons ceux qui sont de la même famille.

L’album est également plein de signes, de flèches en particulier, comme à la première page où l’expression « à pas de loup » fait l’objet d’un dessin en perspective et d’une annotation manuscrite. A cette même page, les trois derniers mots sont écrits en plus gros, mettant en valeur le mot soleil, l’autre personnage important de cette aventure luni-solaire !
Côté texte, à gauche, une page marron, imitant un carton, et à droite, un dessin flamboyant fait de flammes et de vapeurs chaudes. Le regard de l’enfant est donc happé par ce texte couleur orange qui joue sur les tailles des polices d’écriture, et par ce dessin qui va droit au but : le jour, c’est la grosse chaleur ! Le lien entre la page texte et la page dessin est assuré par les traces de pattes : le fameux « à pas de loup » : entrons doucement dans l’histoire.

A la page suivante, nous avons suivi les traces : le loup apparaît ! Le décor joue sur les rouges, les orangés, les reliefs. Il y a des cœurs partout : petit loup aime le monde et la vie ! Il est « amoureux fou du soleil », comme précisé en écriture manuscrite au bas de la page de droite. Les cœurs sont en peinture, en ficelle, en tissu : le relief des matières est aisément perceptible sur la page. Les cœurs sont de plus en plus gros : Loustic se déplace dans l’espace, mais aussi le temps passe, et le soleil monte dans le ciel. Voilà un prétexte tout trouvé pour approfondir avec les élèves les notions d’espace et de temps. Que se passe-t-il en été ? Quelles heures du jour sont les plus chaudes ? Marchons dans la classe pendant trente secondes, puis une minute : évaluons les distances parcourues. Etc.

On invitera les élèves à repérer les différentes écritures : taille, couleur, forme, et sur quel fond.

Le thème de la chaleur :

Le soleil, c’est une grosse boule de feu ! Quels termes peut-on utiliser pour décrire cette chaleur : chaud, brûlant, torride, bouillant, … Qu’arrive-t-il à Loustic quand il s’en approche ? Il a trop chaud, il transpire, comme un enfant qui a de la fièvre. Il ne se sent pas bien. On le voit sur la troisième illustration : il est allongé, des petites formes noires et rouges figurent les gouttes de transpiration, il est allongé et au dessus de lui trône un soleil aux larges rayons rouges en relief. Loustic a désobéi, il a eu tort ! Il a tellement chaud que ce mot, CHAUD, est écrit en grosses lettres au bas de la page.

Loustic est malin, il a une idée : il veut éteindre le soleil. Il prend alors une échelle et les mots eux aussi deviennent échelle. Le soleil est comparé à une ampoule ; faisons chercher les analogies aux enfants : comme l’ampoule, il éclaire, il chauffe, il est allumé le jour et éteint la nuit.
L’échelle est une mauvaise idée : si l’on s’approche trop du feu, on risque d’être grillé. Là encore, l’illustration est éloquente : elle montre un Loustic tout cramé, n’ayant plus que les os, mais des os noirs car calcinés. Le texte s’en amuse : « Mauvaise idée ! Pffffft !!!!! » est-il écrit en gros caractères. Quel loustic ce Loustic !

Le soleil ne produit pas que de la chaleur : non seulement il éclaire mais aussi il éblouit ! Loustic en fait l’expérience. Il appelle alors la lune à son secours. Il utilise un porte-voix et le texte prend la forme du porte-voix. Petit Loup retrouve sa voix de loup quand il appelle à l’aide. Il appelle tant et si bien que le bleu surgit enfin sur la page : la couleur froide qui fait du bien. Mais comment aider Loustic ?

Une aventure :

On le voit, comme le titre l’indique, c’est bien une aventure que les enfants ont sous les yeux : un petit héros fait une bêtise, il en subit les conséquences, il doit chercher des solutions. Ne les trouvant pas, il appelle une aide extérieure. Vont-ils réussir ? La lune est un peu réticente mais elle aide quand même petit loup. Elle accepte de croquer le soleil, et voilà que sur terre « il fait déjà plus frais ». Belle occasion d’évoquer la météo, le jour et la nuit avec les élèves !

Trois illustrations représentent la lune. La première montre l’astre endormi, fragile, dormant dans le noir de la nuit. Dans la seconde, elle a des dents : c’est le monde à l’envers ! Il y a un loup, mais ce n’est pas lui, cette fois, qui croque à plaisir ! Dans la troisième, elle est un monstre inquiétant, comme les éclipses pouvaient inquiéter dans les siècles passés. Pour finir, la lune « redevient le croissant argenté qu’on connaît bien ». Loustic en profite pour faire une petite sieste : cette aventure l’a fatigué ! Mais le répit est de courte durée : les aventures reprennent, le soleil refait une apparition ! Illusion ! Petit loup a été victime des apparences…

Il ne lui reste plus qu’à rentrer chez lui ! L’interdiction formulée par le père a un sens : petit loup en a fait l’expérience ! Tout est bien qui finit bien : « Depuis cette aventure, Loustic suit les conseils de son père : il ne sort plus que la nuit. » Voilà qui est amusant pour les enfants : la nuit n’est donc pas si terrible que ça !

Art plastique :

« Le soleil monte, encore et encore » : la classe est divisée en trois. Faire dessiner une maison et chaque groupe dessine soit le soleil du matin, soit celui du midi, soit celui du soir.