Accueil > Petits Lecteurs > Lire au cycle 3 > MON VOYAGE DANS LA PREHISTOIRE de Satoshi Kitamura

MON VOYAGE DANS LA PREHISTOIRE de Satoshi Kitamura

2007

Publié aux éditions Gallimard Jeunesse

Etude proposée par Emmanuelle Gomes et Damien Lopes

4ème de couverture :
Un jour, il m’est arrivé une histoire incroyable : je suis tombé au fond d’un trou et me suis retrouvé dans un endroit où les gens étaient vêtus de peaux de bêtes, chassaient et pêchaient pour se nourrir...

Un extraordinaire voyage dans le temps ! Le jeune héros de Satoshi Kitamura nous fait découvrir avec humour mille richesses de l’âge de pierre.

Etude du livre :

  • Le « mon » du titre :

    Tout au long de l’album il existe une interaction entre le lecteur et le personnage principal. En effet, le « mon » présent dans le titre peut faire croire au lecteur que ce voyage est le sien. Ainsi le lecteur peut s’approprier le « je » utilisé par l’auteur dans ce livre. L’illustration de la page 10 appuie cette idée, en regardant cette image, on voit ce que voit le héros de l’histoire. A partir de ce moment, on devient acteur du livre.

  • Les couleurs :

    Les deux époques sont illustrées avec des nuances de couleur différentes. Le présent est représenté de façon flou, les couleurs sont estompées. L’âge de pierre est beaucoup plus coloré, les teintes sont vives.
    De la même façon, le personnage principal de par ses couleurs, passe inaperçu dans son époque. Il est fondu dans le décor. Alors que dans la préhistoire, ils se détachent nettement des autres par son bleu vif. On peut ici penser à un nouveau lien entre le lecteur et le héros.
    Les couleurs illustrent aussi le temps qui passe. Les couleurs des peintures rupestres se sont effacées entre les deux époques (cf page 27 et 34).

  • La place du documentaire dans le livre :

    Dans un premier temps, on découvre l’âge de pierre conjointement au héros. On est ici dans une simple observation de ce temps. Les illustrations sont riches et détaillées (cf page 13,15), on peut passer du temps sur celles-ci, avant de tourner la page. A ce moment du livre, le lecteur, curieux, pourrait être susceptible de s’interroger sur ce thème. L’auteur intègre une double page documentaire pour le renseigner sur ,les activités : faire du feu ; fabriquer des outils ; les utiliser ; préparer et utiliser les peaux de bêtes ; faire la cuisine. On apprend en même temps que le garçon la vie quotidienne des hommes préhistoriques. Dès lors en regardant la suite d’illustrations de la page 22, on doit être capable de nommer les différentes activités.

  • La référence à Alice au pays des merveilles :

    On remarque que pour passer d’une époque à une autre, le garçon tombe dans un trou « très très très profond », ce procédé rappelle celui utilisé dans Alice au pays des merveilles. De plus, l’auteur nous laisse dans une confusion rêve/réalité.

  • Un message écologique ?

    Le passage des couleurs vives de la préhistoire, aux couleurs grises de l’époque présente peut faire penser aux méfaits de la pollution. Cette hypothèse est étayée par ce que ressent le garçon en revenant dans son époque : « l’atmosphère était...différente . Il faisait plus chaud ».

  • Le personnage est passionné, et le lecteur ?

    Devenu adulte, le héros exerce le métier d’archéologue. Son voyage la rendu passionné. Et nous ?

  • Annexes :

    Les dernières pages du livre, contiennent un index, une note de l’auteur et une frise chronologique. On apprend dans la note, que l’auteur passionné de peintures rupestres pourrait être l’acteur de notre livre : « le fruit de mes rêveries ». La frise nous permet de situer le voyage du petit garçon dans le temps. L’index, quant à lui, reprend les différentes activités et techniques évoquées dans le livre.