Accueil > Actualités du livre > Poésie > Ouvrages critiques > Philippe Jaccottet, Cinq recueils

Philippe Jaccottet, Cinq recueils

septembre 2003

Philippe Jaccottet, Cinq recueils de Pierre BRUNEL, publié aux

L’auteur de cet ouvrage a pour objectif d’éclairer la poésie de Jaccottet, en variant les approches et les analyses. L’agrégatif y trouvera largement de quoi nourrir ses dissertations et ses leçons à l’oral. S’il y a UN livre à lire sur Jaccottet pour l’agrégation, à mon (humble) avis, c’est celui-ci.

Comment caractériser cette poésie si souvent qualifiée de solitaire ? Au-delà des clichés, Pierre Brunel se livre à une étude pointue, claire et toujours justifiée, citations à l’appui. En effet, l’étude précise de nombreux extraits permet de mieux comprendre et apprécier l’oeuvre du poète.

La structure du recueil est également étudiée, non pas en elle-même, mais à l’occasion d’un poème dont la place dans le recueil est significative (exemples de L’ignorant, donnant son titre à l’une des sections, Le secret, etc.)

L’analyse des mots, de leurs fonctions, de même que l’analyse des temps verbaux (voir par exemple p. 11) donnent aussi des exemples concrets de la façon dont on peut étudier une oeuvre dans la perspective du concours.

Quatrième de couverture :

Tout en respectant la réserve et même le secret d’un écrivain pleinement reconnu et souvent honoré, cette étude veut rompre avec la prétendue conception de la poésie solitaire. Philippe Jaccottet a choisi de prendre ses distances avec la littérature romande, sans jamais la renier. De "L’Effraie" (1953) et "L’Ignorant" (1958) au recueil publié en 1977, qui regroupe "Leçons", "Chants d’en bas", dans de nouvelles versions, et "A la lumière d’hiver", il reste fidèle à son aîné, Gustave Roud, et plus encore que lui, il s’ouvre largement à la poésie française et aux littératures étrangères. C’est donc en comparatiste que Pierre Brunel, professeur à l’université de Paris IV-Sorbonne et titulaire de la chaire de littérature comparée à l’Institut universitaire de France, a abordé ces cinq recueils, traversant l’« inférique » à la recherche de ce peu de lumière qu’un rien suffit à effacer. L’abondance des informations et des références, la multiplicité des reflets et des échos, tout cela ne cherche pas à recouvrir les textes, mais à les éclairer et, en toute lucidité, à mieux les faire aimer.

Lire un extrait :

CLIQUEZ ICI