Accueil > Collège & lycée > Le français au collège > Niveau Troisième > Rédiger une lettre

Rédiger une lettre

mercredi 10 septembre 2003

_Bon, m’a dit papa, prends le crayon et écris.
Je me suis assis au bureau et papa a commencé la dictée :

_Cher monsieur, virgule, à la ligne… C’est avec joie… Non, efface… Attends… C’est avec plaisir… Oui, c’est ça… C’est avec plaisir que j’ai eu la grande surprise… Non… Mets l’immense surprise… Ou non, tiens, il ne faut rien exagérer…Laisse la grande surprise…La grande surprise de recevoir votre beau cadeau… Non… Là, tu peux mettre votre merveilleux cadeau… Votre merveilleux cadeau qui m’a fait tant plaisir… Ah ! non… on a déjà mis plaisir… Tu effaces plaisir… Et puis tu mets Respectueusement… Ou plutôt, Mes salutations respectueuses… Attends…

Et papa est allé dans la cuisine, j’ai entendu crier et puis il est revenu tout rouge.
_Bon, il m’a dit, mets : « Avec mes salutations respectueuses », et puis tu signes. Voilà.

Le petit Nicolas a des ennuis, Sempé / Goscinny, Editions Denoël, 1964.

Repérer la fonction d’une lettre

1. Pourquoi l’enfant écrit-il une lettre ?
2. Pourquoi son père l’aide-t-il ?
3. Quels temps verbaux le père utilise-t-il dans la lettre : « C’est avec plaisir que j’ai eu la grande surprise… » ?

Tenir compte du destinataire

1. Pourquoi le père choisit-il finalement l’adjectif « grande » pour qualifier « surprise » ?
2. Quelle formule d’appel ( pour commencer la lettre ) et quelle formule finale de politesse le père a-t-il finalement choisies ?

Ecrire une lettre

On n’écrit pas de la manière au Principal du collège, à un camarade de classe, ou à un membre de la famille : une lettre administrative ou officielle sera formelle, tandis qu’une lettre personnelle aura une syntaxe et un ton plus familiers. Il faut donc savoir adapter le texte ( le registre de langue ) et la forme ( la présentation ) au destinataire de la lettre.

1. La lettre administrative : ce type de lettre doit aller droit à l’essentiel : pas de mots inutiles, pas de digressions ; l’objet de la lettre, et lui seul, est développé. Grâce aux règles de présentation et d’orthographe, strictement respectées, l’objet de la lettre apparaît rapidement et clairement au destinataire.

2. La lettre personnelle : adressée aux parents, aux amis, elle exprime des sentiments personnels librement, dans le registre de langue familier ou courant.
Dans les deux cas, par respect pour le destinataire, il convient d’écrire sur des feuilles blanches, proprement et lisiblement. Par convention, la rédaction se fait à l’encre bleue marine ou noire. Il faut veiller également à laisser des marges à gauche et à droite, et à commencer chaque nouveau paragraphe par un alinéa ( c’est-à-dire un retrait correspondant à un espace de deux carreaux ).

L’expression du lieu et du temps à l’écrit

Les compléments circonstanciels de lieu et de temps permettent de situer les actions, les événements, les réflexions. Dans la correspondance, ils sont utilisés en raison du décalage dans l’espace et dans le temps entre l’émetteur et le destinataire de la lettre.

Dans une lettre, le lieu et la date sont toujours situés en haut à droite. Les autres marques du temps et du lieu varient en fonction de la situation d’énonciation.

Enoncé en rapport avec la situation d’énonciation ( ex : paroles rapportées )
Enoncé sans rapport avec la situation d’énonciation ( ex : romans )
Aujourd’hui, hier, demain, avant-hier, il y a dix ans…
Ce jour-là, la veille, le lendemain, la semaine précédente…

Nature des compléments circonstanciels de lieu :

• Groupe nominal avec une préposition : « Ce séjour parmi vous, à la montagne, a été très agréable. »
• Adverbe ( ici, là, ailleurs… ) : « Je me sens tout seul ici. »
• Pronom adverbial ( en, y ) : soit les pronoms adverbiaux représentent un objet inanimé, soit ils reprennent un terme employé précédemment. Ex : « Veux-tu encore du gâteau ? - Oui, j’en veux bien, merci. ».
• Proposition subordonnée relative ( introduite par : qui, que, quoi, dont, où, lequel, laquelle,… et leurs composés ) : « Je suis revenu là où nous nous sommes rencontrés. »

Nature des compléments circonstanciels de temps :

• Nom ou groupe nominal avec préposition : « Elle est partie à l’instant. »
• Adverbe : « Le film commence maintenant. »
• Verbe à l’infinitif, ou gérondif ( verbe au participe présent ) : « Au moment de rentrer, il s’est aperçu qu’il avait oublié ses clés / En rentrant, il s’est aperçu qu’il avait oublié ses clés. »
• Proposition subordonnée conjonctive ( introduite par quand, lorsque, alors que, tandis que… : dans ce cas, le verbe de la subordonnée est à l’indicatif ; après avant que, jusqu’à ce que… , le verbe de la subordonnée est au subjonctif ). Ex : « Alors qu’il revenait ( imparfait de l’indicatif ), il s’est rendu compte qu’il avait oublié ses clés / Jusqu’à ce qu’il revienne ( subjonctif présent ), il ne s’est pas rendu compte qu’il avait oublié ses clés.
• Proposition subordonnée participiale ( sans verbe conjugué : le verbe est au participe présent ou passé ) : « Une fois rentré, il a lu son courrier. »

En résumé :

• On fait figurer en haut de la lettre, à droite, le lieu et la date de son écriture. On rend bien visible, au milieu, l’en-tête qui nomme le destinataire. On rédige le corps de la lettre en plusieurs paragraphes. On termine par une formule de politesse ou de conclusion et la signature.

• Les formules d’appel et de politesse, comme le registre de langue, sont choisis en fonction du destinataire de la lettre et des rapports entretenus avec lui.

• Les outils de langue sont ceux de la communication directe : le présent comme temps de base, les pronoms des première et deuxième personnes surtout, et des phrases de tout type.