Navigation rapide

Accueil > Actualités du livre > Romans et nouvelles > L’actualité du ROMAN > Robert des noms propres d’Amélie NOTHOMB

Robert des noms propres d’Amélie NOTHOMB

octobre 2002

Robert des noms propres d’Amélie NOTHOMB aux éditions Albin Michel

Très captivant ce dernier roman d’Amélie Nothomb ! Comme tous les autres d’ailleurs... L’héroïne s’appelle Plectrude, car "ça préviendra les gens qu’elle est exceptionnelle." (p. 20)

Plectrude perd sa mère, Lucette, qui se suicide après avoir assassiné son mari. L’enfant est alors recueillie par Clémence, soeur de la défunte. Et c’est l’histoire d’un amour maternel qui commence. Clémence idôlatre la petite fille. Elle passe avec elle des après-midi pendant lesquels elle l’habille en princesse de conte de fée. On y croirait presque, au début, à cette magie de l’enfance.

Il y a aussi la beauté. Toujours portée aux nues dans les romans d’Amélie Nothomb. A lire absolument, les pages 37-38, dans lesquelles l’auteur ouvre une délicieuse parenthèse qu’elle appelle "l’encyclique aux Arsinoé". Elle conclut ce clin d’oeil au Misanthrope de Molière par ces mots d’une sagace vérité :

"Si les Arsinoé déployaient, à tâcher de tirer meilleur parti de leur propre physique, l’énergie qu’elles consacrent à déblatérer contre les Célimène, elles seraient deux fois moins laides."

La petite Plectrude fait partie de celles qui ont la grâce et la beauté. Mais très vite, une autre réalité s’impose, faite de cruauté. L’école primaire d’abord. Puis l’école des petits rats de l’opéra. La jeune fille dépérit, mais sa mère ne le voit pas.

Je ne dirai pas la suite...