Accueil > Collège & lycée > Espace élèves > Les élèves écrivent ... > Fleur éphémère

Fleur éphémère

lundi 20 décembre 2004

Fleur éphémère de la pensée...

Dont les parfums purs ont hanté Baudelaire ...

De son ardeur divine
Où l’amante grise sa peine
Où l’amant se réjouit un instant
De l’orgueil sacré à l’éternel volupté

De sa couleur pourpre
Aux odeurs qui exaltent les arômes d’Antan
Dans le miroir aux folles jointures de l’eau

Du liseron sauvage
A la rose rouge
Corolle usée dans l’étang d’un oubli
La luisance bleue des pierres jaillit

Fleur éphémère de la pensée

Ta poésie se meurt aujourd’hui
Aux brûlures des mots
De ses lettres de chair et de sang
Que personne n’écrit vraiment

Je ne sais que trop mes larmes versées
Et mon encre asséchée...

Fleur éphémère de la pensée

Je te cueille depuis tant d’années
Que tes essences n’ont plus de secret

Bleu de fumée jusqu’à l’imaginaire
Tu déroules ta lumière
Que le temps a poli
Des mois des années

Dans le jardin des mystères
Où l’écrivain se meurt
A la lueur des mots
Etouffés dans son cri ...

*****

Messages