Accueil > Concours > Professorat des écoles > PE2 > Atelier d’écriture : Récrire un conte > La ceinture marron du petit Chaperon

La ceinture marron du petit Chaperon

par Christelle Lespy

novembre 2006

Le petit Chaperon Rouge, vingt plus tard, se souvient de sa fâcheuse aventure avec le loup. Elle la raconte à ses enfants. Choisir le ton qu’elle emploie et le préciser :

3- Elle veut passer pour une héroïne et modifie l’histoire à son avantage. (option retenue).

Les années passèrent et vingt années déjà s’écoulèrent. Le petit Chaperon rouge rescapée de mésaventure, grandit et fonda une jolie petite famille. Un soir de Noêl, elle était réunie autour du feu avec ses trois garçons. Depuis ces derniers temps, le Petit-Chaperon-rouge-devenu-grand traversait une longue et pénible crise de la personnalité. Elle aurait voulu devenir une super héroïne à l’image de celles qu’elle voyait sur son petit écran. Elle rêvait d’exploits fantastiques, de cascades vertigineuses et de duels héroïques. Aux yeux de ses trois fistons, elle voulait paraître invincible.
En cette veillée de Noël, elle aurait bien aimé revivre l’histoire de cette fâcheuse aventure avec le loup garou. Quel playboy ce loup, toujours la drague au bout du museau !
« Les enfants, voulez-vous que je vous raconte ma rencontre avec le loup, lorsque j’étais petite fille ?
- Maman ! Tu as vraiment vu le loup ? » s’étonna l’aîné des garçons.
- « Oh ! Oui c’était il y a vingt ans, je venais juste d’avoir dix ans. Un matin de printemps, ma chère petite maman me demanda d’aller rendre visite à ma grand-mère (qui était aussi votre arrière grand-mère) qui était malade et alitée. Je devais lui amener une galette et un petit pot de beurre.
- As-tu traversée la forêt toute seule, maman ? » demanda le cadet.
-« Je n’avais pas peur d’affronter les éventuels dangers de la forêt. Par précaution, j’avais dissimulé un pistolet à jus de citron et du poil à gratter dans mon petit panier. On ne sait jamais sur qui l’on peut tomber au beau milieu d’un bois. Je pris donc la route en direction de la chaumière de ma grand-mère. J’étais en train de lui cueillir quelques fleurs, lorsque je sentis la présence nauséabonde du loup derrière mes épaules. Le loup me demanda où je pouvais bien aller par une si belle journée. Mais je n’aime pas les loups trop curieux. En guise de réponse, je sortis mon pistolet à jus de citron pour en asperger les yeux du loup. Celui-ci n’eut pas le temps de se remettre de cette première estocade qu’il sentit des démangeaisons insoutenables sous les pieds et le museau : mon poil à gratter commençait à faire son effet. Je poursuivis alors mon chemin, en chantant et sautillant. C’était vraiment une belle journée.
Mais le loup n’avait pas déclaré forfait. Quelques lieus plus loin, il m’interpella à nouveau pour me demander dans quelle direction j’allais. Je pressentais les mauvaises intentions du loup. Ceinture marron de Karaté, en une seule prise, je mis ce dernier hors d’état de nuire. Je pus retrouver grand-mère malade et bien heureuse de me voir. Nous dégustâmes la galette à la santé du loup. Vous voyez les enfants, même les petites filles peuvent exceller dans les sports de combat et mettre KO un loup, bien téméraire.